roulante
ration

1914 : La roulante, des vivres et des nouvelles du dehors

Sur les cuisines roulantes, engins mobiles qui se déplaçaient sur les tranchées pour nourrir les soldats au front, voilà ce qu’écrira Antoine Grillet, engagé volontairement au sein du 321e régiment d’infanterie (régiment de réserve) :

"Les tuyaux de la roulante nous apprirent qu’on devait attaquer la position dite du Chemin des dames, puis marcher sur Laon, et, de là, vers la frontière. J’ai écrit: les tuyaux de la roulante. Je vais éclairer ma lanterne. La roulante (bien entendu, la cuisine roulante), constituait pour nous le trait d’union entre nos lignes, où nous étions isolés de tout, et le même monde extérieur, ou intérieur. A chaque distribution de vivres, c’est-à-dire chaque nuit, les hommes de corvée apportaient les dernières nouvelles du dehors."

A partir de 1915 débute la guerre de position. Dans les tranchées, les cuisines roulantes sont alors établies à l'abri derrière les lignes. Les cuisiniers qu’on appelle “les hommes de soupe” éprouvent des difficultés à acheminer des récipients d’aliments jusqu’aux premières lignes.

Source : Antoine Grillet, Fantassin, souvenirs de guerre 1914-1919, Paris, Payot, 1932, p. 92

2014 : La ration de combat individuelle, la boîte du soldat

En 2014, lors d’opérations extérieures, quand l’alimentation traditionnelle est impossible c’est la ration de combat qui accompagne les armées françaises. Une boîte en carton qui contient des boîtes (de conserve) et des sachets, face auxquelles le soldat se retrouve seul et autonome.

La ration de combat est conçue par des ingénieurs, des techniciens agro-alimentaires, des pharmaciens, d’un chimiste et de vétérinaires biologistes : on est aujourd’hui dans le domaine de la technologie la plus fine pour penser en termes de lyophilisation, de compression, d’hydratation ou encore de chauffage.

Tout un protocole précis dirige la production de ce système d’alimentation qui nécessite 13 robots et machines. Les rations sont rassemblées en un panachage qui permet de varier les menus quotidiens.

Cachée sous les sièges des véhicules ou dans les sacs des militaire, la ration de combat individuelle possède plusieurs déclinaisons : il y a par exemple la ration de survie de l’armée de l’air ou encore la ration individuelle lyophilisée de commando.